Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Culture’

Un an passé loin de la France, un an presque sans travailler, et par conséquent un an sans consommer ou presque. Parce que en tant qu’ingénieur, je consommais, comme à peu près tout le monde dans notre bonne vieille société de consommation, beaucoup, trop, certains diront.

Je consommais pour me donner contenance, pour justifier de mon status, parce que ça déstresse, pour plein de raisons, plus ou moins mauvaises somme toute, je vous renvoie vers mon article Ikea, parfois c’est juste incontrôlable, ce besoin, ou juste cette envie, au final on ne sait plus trop, de consommer, d’avantage, bref.

Et me voilà à un an de tout ça, et avec un budget de plus en plus réduit je ne vous cacherais pas que mon besoin de consommation en a pris un sacré coup.
Mais alors qu’est ce qu’il reste ? Et bien justement j’y viens, avec 5 (cinq) objets que j’ai achetés cette année, et que j’ai sélectionnés comme les plus utiles dans mon quotidien, les plus significatifs, ou juste les plus symboliques.

(Petite note préliminaire, n’ayant habité que des appartements meublés depuis le début de mon séjour, vous ne verrez pas ici de lit, frigo, machine à laver ou autres objets électroménagers indispensables (?) à la survie de l’homme moderne).

    Un vélo :

Dans une ville comme Tokyo, avoir un vélo est a mon sens tout simplement indispensable.
Pour faire des courses, aller à la gare, surtout que la ville est dotée des infrastructures pour accueillir les vélos, parmi lesquels on notera les parkings de vélos devant les supermarchés, où l’on peut mettre sans trop de souci une cinquantaine, voir une centaine de vélos ; les parking sous-terrains ou aériens de plusieurs niveaux à proximité des gares (plusieurs milliers de vélos) etc.

Prix : 16 000¥. Plus la contravention pour stationnement prolongé interdit 5000¥ (en quatre mois, c’est moins cher que de payer le parking donc bon).

    Un fauteuil :

Ce petit fauteuil est tout à caractéristique du Japon : pratique, compact, mais pas très confortable pour un étranger un peu grand comme moi (mais au final il m’aura bien servi et continue de le faire). Facilement transportable, il se pose volontiers sur une chaise pour la rendre plus confortable, par terre, ou sur un lit, etc.
Il possède donc un rapport place/confort intrinsèquement assez interessant, ce qui lui confère un intérêt assez fort, dans ce pays où la place est un facteur important.
Notez que l’inclinaison du dossier est réglable façon clic-clac.

Prix : 2000¥. Plus le petit coussin 200¥.

    Un sac Muji :

Simple, léger, compact, sobre, là encore un article qui a sa marque du Japon, et comme on n’en trouve que chez Muji. Il m’accompagne partout, et peut contenir un petit parapluie, une petite bouteille d’eau, un cahier de notes, quelques livres, un porte-feuilles, un baladeur MP3, que demander de plus ?!

Prix : 1500 ¥ au Muji du coin.

    Un 蚊取線香 (katorisenkô) :

Est une sorte de bâton d’encens en forme de spirale. Il est utilisé au Japon depuis des temps ancestraux pour, comme son nom l’indique, faire fuir les moustiques. On le fait brûler dehors, en général devant une fenêtre par exemple.
En réalité, de nos jours la plupart des maisons japonaises sont équipées de fenêtres avec moustiquaire coulissante en dure intégrée dans la fenêtre, ce qui est incroyablement pratique et judicieux. Ceci étant, et avec l’utilisation de plus en plus rependues des climatisations, le カトリセンコ est devenu plus ou moins obsolète.
Il est revenu en force cette été, avec les réductions d’énergies (et donc de climatisation) en vigueur.

Prix : dans les 600¥ qui correspond à un bâtonnet par jour pendant un mois.

    Un 算盤 (soloban) ou boulier :

Anecdotique, au pays des nouvelles technologies, il est une métaphore du Japon de mon point de vue : sobre, beau, mystérieux, mais pratique si on sait comment le manier.
Actuellement, les jeunes japonais ne savent plus se servir de cet objet d’un autre temps, il n’en reste pas moins un bel objet à mon sens.

Prix : 30¥ dans un magasin d’occas’.

Publicités

Read Full Post »

Mes amis, je vous entends d’ici jaser :
« Quoi, ça fait un mois et demi qu’il est à Tôkyô et il n’est toujours pas allé à Asakusa ? Quelle honte ! Quel scandale ! Mais d’où sort-il … ».
Eh bien le mal est réparé puisque pas plus tard qu’il n’y pas longtemps je suis enfin allé (retourné) à Asakusa.

Pour les néophytes, 浅草 (Asakusa) est l’un des quartiers si ce n’est Le quartier touristique de Tôkyô, avec sa grande rue marchande, ou l’on trouve mille souvenirs et spécialités culinaires locales.
Il a aussi un fort coté « historique », puisqu’on y trouve un immense temple, le 浅草寺 (Sensô-ji), composé de l’une des pagodes les plus hautes du Japon.

Ici le contraste tant apprécié entre le Japon des traditions avec la pagode du Sensô-ji et au loin la tour Sky Tree actuellement en construction, et qui du haut de ses 634m remplacera l’an prochain la Tôkyô Tower.

Quartier historique donc, mais aussi folklorique, puisqu’au détour de certaines rues, au milieu des magasins de Kimono et Yukata, on peut croiser 鼠小僧 (Nezumi Kozô), un célèbre voleur de l’aire Edo,
un 河童 (kappa) personnage de la mythologie japonaise,
ou encore des affiches pour des représentations de théâtre, où les acteurs ne savent pas s’arrêter lors de la séance de maquillage.

En se baladant, on peut rentrer dans un musée du début du cinéma japonais, avec des photos d’acteurs de l’époque, et les coiffures d’une encore autre époque.

Avant de partir, petit tour dans les magasins qui vendent de la nourriture en plastique. Oui, les restaurants utilisent beaucoup ces reproductions en plastiques pour mettre dans leur vitrine, ce qui est, au passage, extrêmement pratique pour les étrangers que nous sommes, car cela permet de voir la tête de ce que l’on va manger dans tel ou tel restaurant, et ce avant même d’y rentrer, et sans avoir besoin de lire le menu, qu’on ne sait pas lire de toute façon …
Parce qu’en France, si je puis me permettre, tu rentres dans un resto, t’as une vielle carte en noir et blanc, avec écrit un truc du genre :
« Défait d’agneau « Retour d’orient », Filet, pieds, Épaule et Ris, Tajine de Pois Chiche au Citron Confit » (j’invente rien, j’ai emprunté la formule à un restaurant toulousain presque lambda).
Donc là il faut un déjà en bon niveau en français, et en français culinaire pour savoir ce qu’on va avoir ; sur quoi le serveur en rajoute une couche :
« Monsieur, la cuisson de votre agneau ? »
Honnêtement, je ne sais pas comment les japonais font pour aller dans un restaurant en France.

Mais je m’égare …

Asakusa, retour aux sources donc, en quelque sorte, puisque c’est dans ce quartier que je logeais lors de mon premier voyage au pays des sushis, il y a de cela 3 ans …

Read Full Post »

Kimono

Juste après la cérémonie du thé, place à une séance d’essayage de 着物 (kimono, je vous mets le wiki en anglais qui est beaucoup plus complet).
La recette est assez simple, prenez une jeune fille ou un jeune homme, un kimono, une petite demi-douzaine de 紐 (himo, sorte de rubans), une 帯 (obi, grosse ceinture très longue et très jolie), une paire de 草履 (zôri, sorte de sandales pour kimono), une paire de 足袋 (tabi, chaussettes avec le gros orteil séparé des autres), un 長襦袢 (nagajuban, un sous-kimono) et quelques coussins et poches à rajouter ça et là dans les multiples ceinture (pour les femmes).
Mélangez le tout, faites tourner dans tous les sens, entre deux ou trois paires de mains expertes, et vous obtenez un très beau et coloré résultat.
La partie la plus difficile réside dans l’élaboration de la forme de l’obi (la grosse ceinture). En effet, cette ceinture fait dans les 4 mètres de long pour un kimono de femme, et le nœud fait à l’arrière avec cette ceinture est assez complexe, pour obtenir un rendu visuel agréable. On peut faire différentes formes de nœud, forme de papillon (蝶々, chôchô), de tambour (太鼓, taiko) … (un site qui présente un certain nombre de formes de nœuds de kimono).

Dans la vie de tout les jours, le kimono est porté pour les grandes occasions, pour sa majorité, pour son mariage … Il faut savoir qu’un kimono complet peut coûter dans les 1,000,000¥, soit dans les 9000€ !
Il n’est cependant pas rare de voir des femmes en kimono dans la rue, ce qui l’est beaucoup plus pour les hommes.

Le guide complet, avec comparaison de deux types de nœuds différents : explications de 市川先生 (Ichikawa Sensei) sur une vidéo de Guillaume.

Le yukata, dont on a parlé dans un précédent article (kimono d’été, plus simple), est lui porté casually par les femmes dans la rue, et aussi par les hommes à la sortie des 温泉 (onsen, bains d’eau chaude), ou lors de 祭り (matsuri, festivals).

En tout cas, je trouve qu’il s’agit d’une très belle coutume ; car quoi de plus beau qu’une femme dans un kimono aux milles couleurs. Ça nous change de nos modes européennes grisonnantes et sans saveur.

Read Full Post »

Suite des activités extra scolaires, qui sont heureusement beaucoup plus lyriques que les cours eux-mêmes, sinon j’aurai pas légion de choses à raconter. Au menu du jour, 茶の湯 ou 茶道 (chanoyu ou chadô) : la cérémonie du thé.
En très simple et très abrégé : c’est une cérémonie très compliquée durant laquelle on boit du お茶 (ocha, thé vert japonais) et à la fin, on a mal aux jambes.

Donc ça se passe dans une pièce avec des tatamis par terre, dans laquelle on est prié de se déchausser en entrant ; on « s’assoie » à la japonaise sur ses chevilles, pendant qu’une dame en kimono prépare du thé suivant une procédure très compliqué que je ne peux pas révéler ici. Tout le monde se salue bien bas au début de la cérémonie. Pendant la préparation du thé, on reçoit humblement quelque petite sucrerie locale, qu’on prend dans une assiette que notre voisin nous fait gracieusement passer. On disposera de la sucrerie suivant un protocole bien défini : on attrape les baguettes avec la main droite (et avec élégance) par dessus (paume de la main vers le sol), puis les prend avec la main gauche, par dessous cette fois, enfin on relâche la main droite et on reprend les baguettes avec la main droite, mais par dessous cette fois. Bien, on peut alors utiliser les baguettes pour prendre le petite gâteau dans l’assiette puis le déposer sur un petit morceau de papier prévu à cet effet. Enfin on le mange, toujours très humblement.
Notez que cette petite sucrerie n’est pas que décorative, elle a aussi le bon goût de rendre le thé moins amer lorsqu’on le boit.

Nous est ensuite servi le thé, qu’on reçoit très humblement. Là encore, pour le boire, le protocole n’est pas tout à fait trivial.
On prend le bol de thé avec la main droite, avec un geste élégant et ferme, tout en gardant la main gauche sur sa cuisse (au niveau de la poche de son pantalon), puis on met la main gauche sous le bol, pour le tenir. Avec la main droite on le fait tourner dans le sens des aiguilles d’une montre d’un demi tour pour que le motif du bol soit visible de nos hôtes (là vous êtes en train de vous dire que je me fous de votre gueule et que j’en rajoute, et bien non point du tout).
On boit alors le thé, doucement, avec raffinement, et une fois fini, on essuie l’endroit du bol où on a bu avec son index et son pouce droit, et on s’essuie les deux doigts sur le bout de papier qui avait servi à déposer le gâteau (cf. paragraphe plus haut). On refait faire un demi tour ou bol, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre cette fois, et on le dépose devant soi, pour qu’un dame en kimono puisse le récupérer.
A la fin de la cérémonie, qui dure environ 4 heures (non je déconne), on se salue à nouveau, en se remerciant pour ce moment de franche rigolade. Puis on se lève et on va marcher un petit quart d’heure, histoire de retrouver l’usage de ses jambes.

Read Full Post »

De retour à l’école … Ça fait bizarre au début, de se retrouver dans une salle de classe en tant qu’élève, 4 ans après avoir « définitivement » dit au revoir aux bancs de l’école.
Mais cette fois c’est une école de japonais, on en fait 4 heures par jour, et l’approche est différente de celle que j’avais durant ma scolarité. Ici, pas de nécessité de performance, pas d’examen, juste l’envie de bien parler japonais pour pouvoir le parler avec de vrais gens.
Étudier avec un but concret, ça aide vachement, et étudier intensivement une langue avec des profs qui ne parlent que cette langue, ça aide encore plus.

L’avantage de cette école est qu’elle propose un certains nombre d’activités extra scolaires, souvent culturelles, qui viennent ponctuer les cours de japonais. Ici, la fête de 七夕 (Tanabata le wiki est plus fort que moi pour le coup), qui se célèbre très simplement en écrivant un souhait (plus ou moins réalisable) sur un bout de papier, genre « Peace and Love in the World » ou « J’espère que quand je reviendrai, le centre ville de Toulouse sera piéton » (bon Ok, mais exemples sont de la pure science fiction, mais bon vous voyez le principe) ; et de l’accrocher sur une branche de bambou. Puis la nuit tombée, d’aller admirer le ciel étoilé (si il fait beau), et les souhaits qu’on a accrochés se réalisent par un phénomène abscons auquel j’ai pas tout compris, la doc était en japonais.

Photo de classe : mais alors d’où viennent tous ces gens (et les autres, vu qu’il n’y a qu’une classe sur la photo) ? Et bien on compte pas mal de français et de chinois, puis des taïwanais, des coréens, quelques américains, quelques indiens, un italien, un ghanéen, un philippin, une brésilienne … (non pas d’allemand, le blond au fond à droite c’est moi). Le plus dur dans l’histoire c’est de retenir les prénoms de tout ce beau monde, vu qu’il y a pas mal de Lee, Li, Lin, Jean Passe, et que tout ça se prononce Li en japonais, je vous raconte pas le bordel.

Et tout se beau monde étudie dans la joie et la bonne humeur ; ici on était tellement content qu’on s’est tous déguisé avec des 浴衣 (yukata, un kimono léger, simple à mettre et porté en été). Non il s’agissait d’une autre activité proposée par l’école, intitulée « TP de yukata » (je vous le retranscris pêle-mêle).

Et enfin pour finir, une autre activité culinaire « TP de たこ焼き (takoyaki) », une sorte de méloko qu’il est de bon goût de déguster pendant les 祭り (matsuri, sortes de festivals avec un style un peu médiéval japonais ; mais j’en reparlerai plus tard …).

Une chose est sur, l’ambiance est bonne, les cours sont denses mais vivants et amusants, et les profs sont pour certains de véritables caricatures de personnages de fiction !

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :