Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Takaosan’

高尾山 (Takaosan) est le nom d’une petite montagne situé dans la ville de 八王子市 (Hachiôjishi) à une quarantaine de kilomètres à l’ouest de Tôkyô.
Ce site est actuellement l’un des パワースポット (power spots) du Japon, les power spots sont les lieux populaires au Japon dans lesquels les japonais vont pour recharger leurs batteries.
Pour porter cette appellation, l’endroit doit être populaire, assez, voire très verdoyant, avec si possible une 温泉 (onsen, source d’eau chaude), et être pas très loin d’une grande ville pour être accessible dans la journée ou dans le week-end.
Takaosan répond à tous ces critères, avec sa montée de quelques 600 mètres de dénivelé à l’ombre d’une paisible forêt (du moins elle l’était avant que tout Tôkyô ne débarque pour le week-end).

Donc départ de la gare de Sinjuku, par la Keiôsen moyennant ¥370, et bac+12 en trains, car il y à quarante trains qui partent de Shinjuku par cette ligne, avec des terminus différents, et des vitesses différents. Un savant calcul et un changement de train nous permet d’arriver
un peu plus d’une heure plus tard à la gare de Takaosanguchi.
A partir de là, on a le choix entre prendre un télésiège jusqu’au premier tiers de la montée, ou bien de tout monter à pied comme de vrais hommes. Nous opterons pour ce dernier choix bien sur.

La balade est à l’ombre, mais malgré cela, il fait très chaud en ce dimanche 15 d’août. La météo a annoncé 35°, et on se rend compte qu’elle ne s’est pas trompée, au vue des vêtements des gens qui changent littéralement de couleur au fur et à mesure de la montée.
Quelques temples ça et là parsèment le chemin, dans certains on peut voir des statues de 天狗 (Tengu).

En à peine deux heures, on est arrivé au sommet juste au bon moment pour le repas de midi.

De là haut, avec un peu de chance et pour ceux qui ont de bons yeux, on peut voir le mont Fuji au loin. Mais aujourd’hui, le Dieu du temps ne le permettra pas …

Pause dans un coin pour manger le bentô acheté un peu avant à la gare, il fait un peu la gueule à cause du voyage, mais on l’apprécie bien après cette petite promenade. Ce qu’on apprécie aussi c’est le coca frais qu’on achète en haut à ¥200 ; il les vaut bien, et il est bien meilleur que celui qu’on achète à Tôkyô, il a le goût de l’effort.
Petite sieste de rigueur sur un banc à l’ombre, puis re-descente tranquille vers la gare et retour dans la Capitale.

Une petite promenade sympathique, qui se fait sans souci dans la journée, très peu onéreuse, qu’on apprécie bien malgré la chaleur, et qui change du Tôkyô grouillant.
J’y retournerai surement cet automne, la forêt et les feuilles des arbres rougis et jaunis doivent être tout simplement magnifique en cette saison.

Publicités

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :