Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for juillet 2010

Kimono

Juste après la cérémonie du thé, place à une séance d’essayage de 着物 (kimono, je vous mets le wiki en anglais qui est beaucoup plus complet).
La recette est assez simple, prenez une jeune fille ou un jeune homme, un kimono, une petite demi-douzaine de 紐 (himo, sorte de rubans), une 帯 (obi, grosse ceinture très longue et très jolie), une paire de 草履 (zôri, sorte de sandales pour kimono), une paire de 足袋 (tabi, chaussettes avec le gros orteil séparé des autres), un 長襦袢 (nagajuban, un sous-kimono) et quelques coussins et poches à rajouter ça et là dans les multiples ceinture (pour les femmes).
Mélangez le tout, faites tourner dans tous les sens, entre deux ou trois paires de mains expertes, et vous obtenez un très beau et coloré résultat.
La partie la plus difficile réside dans l’élaboration de la forme de l’obi (la grosse ceinture). En effet, cette ceinture fait dans les 4 mètres de long pour un kimono de femme, et le nœud fait à l’arrière avec cette ceinture est assez complexe, pour obtenir un rendu visuel agréable. On peut faire différentes formes de nœud, forme de papillon (蝶々, chôchô), de tambour (太鼓, taiko) … (un site qui présente un certain nombre de formes de nœuds de kimono).

Dans la vie de tout les jours, le kimono est porté pour les grandes occasions, pour sa majorité, pour son mariage … Il faut savoir qu’un kimono complet peut coûter dans les 1,000,000¥, soit dans les 9000€ !
Il n’est cependant pas rare de voir des femmes en kimono dans la rue, ce qui l’est beaucoup plus pour les hommes.

Le guide complet, avec comparaison de deux types de nœuds différents : explications de 市川先生 (Ichikawa Sensei) sur une vidéo de Guillaume.

Le yukata, dont on a parlé dans un précédent article (kimono d’été, plus simple), est lui porté casually par les femmes dans la rue, et aussi par les hommes à la sortie des 温泉 (onsen, bains d’eau chaude), ou lors de 祭り (matsuri, festivals).

En tout cas, je trouve qu’il s’agit d’une très belle coutume ; car quoi de plus beau qu’une femme dans un kimono aux milles couleurs. Ça nous change de nos modes européennes grisonnantes et sans saveur.

Publicités

Read Full Post »

Suite des activités extra scolaires, qui sont heureusement beaucoup plus lyriques que les cours eux-mêmes, sinon j’aurai pas légion de choses à raconter. Au menu du jour, 茶の湯 ou 茶道 (chanoyu ou chadô) : la cérémonie du thé.
En très simple et très abrégé : c’est une cérémonie très compliquée durant laquelle on boit du お茶 (ocha, thé vert japonais) et à la fin, on a mal aux jambes.

Donc ça se passe dans une pièce avec des tatamis par terre, dans laquelle on est prié de se déchausser en entrant ; on « s’assoie » à la japonaise sur ses chevilles, pendant qu’une dame en kimono prépare du thé suivant une procédure très compliqué que je ne peux pas révéler ici. Tout le monde se salue bien bas au début de la cérémonie. Pendant la préparation du thé, on reçoit humblement quelque petite sucrerie locale, qu’on prend dans une assiette que notre voisin nous fait gracieusement passer. On disposera de la sucrerie suivant un protocole bien défini : on attrape les baguettes avec la main droite (et avec élégance) par dessus (paume de la main vers le sol), puis les prend avec la main gauche, par dessous cette fois, enfin on relâche la main droite et on reprend les baguettes avec la main droite, mais par dessous cette fois. Bien, on peut alors utiliser les baguettes pour prendre le petite gâteau dans l’assiette puis le déposer sur un petit morceau de papier prévu à cet effet. Enfin on le mange, toujours très humblement.
Notez que cette petite sucrerie n’est pas que décorative, elle a aussi le bon goût de rendre le thé moins amer lorsqu’on le boit.

Nous est ensuite servi le thé, qu’on reçoit très humblement. Là encore, pour le boire, le protocole n’est pas tout à fait trivial.
On prend le bol de thé avec la main droite, avec un geste élégant et ferme, tout en gardant la main gauche sur sa cuisse (au niveau de la poche de son pantalon), puis on met la main gauche sous le bol, pour le tenir. Avec la main droite on le fait tourner dans le sens des aiguilles d’une montre d’un demi tour pour que le motif du bol soit visible de nos hôtes (là vous êtes en train de vous dire que je me fous de votre gueule et que j’en rajoute, et bien non point du tout).
On boit alors le thé, doucement, avec raffinement, et une fois fini, on essuie l’endroit du bol où on a bu avec son index et son pouce droit, et on s’essuie les deux doigts sur le bout de papier qui avait servi à déposer le gâteau (cf. paragraphe plus haut). On refait faire un demi tour ou bol, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre cette fois, et on le dépose devant soi, pour qu’un dame en kimono puisse le récupérer.
A la fin de la cérémonie, qui dure environ 4 heures (non je déconne), on se salue à nouveau, en se remerciant pour ce moment de franche rigolade. Puis on se lève et on va marcher un petit quart d’heure, histoire de retrouver l’usage de ses jambes.

Read Full Post »

De retour à l’école … Ça fait bizarre au début, de se retrouver dans une salle de classe en tant qu’élève, 4 ans après avoir « définitivement » dit au revoir aux bancs de l’école.
Mais cette fois c’est une école de japonais, on en fait 4 heures par jour, et l’approche est différente de celle que j’avais durant ma scolarité. Ici, pas de nécessité de performance, pas d’examen, juste l’envie de bien parler japonais pour pouvoir le parler avec de vrais gens.
Étudier avec un but concret, ça aide vachement, et étudier intensivement une langue avec des profs qui ne parlent que cette langue, ça aide encore plus.

L’avantage de cette école est qu’elle propose un certains nombre d’activités extra scolaires, souvent culturelles, qui viennent ponctuer les cours de japonais. Ici, la fête de 七夕 (Tanabata le wiki est plus fort que moi pour le coup), qui se célèbre très simplement en écrivant un souhait (plus ou moins réalisable) sur un bout de papier, genre « Peace and Love in the World » ou « J’espère que quand je reviendrai, le centre ville de Toulouse sera piéton » (bon Ok, mais exemples sont de la pure science fiction, mais bon vous voyez le principe) ; et de l’accrocher sur une branche de bambou. Puis la nuit tombée, d’aller admirer le ciel étoilé (si il fait beau), et les souhaits qu’on a accrochés se réalisent par un phénomène abscons auquel j’ai pas tout compris, la doc était en japonais.

Photo de classe : mais alors d’où viennent tous ces gens (et les autres, vu qu’il n’y a qu’une classe sur la photo) ? Et bien on compte pas mal de français et de chinois, puis des taïwanais, des coréens, quelques américains, quelques indiens, un italien, un ghanéen, un philippin, une brésilienne … (non pas d’allemand, le blond au fond à droite c’est moi). Le plus dur dans l’histoire c’est de retenir les prénoms de tout ce beau monde, vu qu’il y a pas mal de Lee, Li, Lin, Jean Passe, et que tout ça se prononce Li en japonais, je vous raconte pas le bordel.

Et tout se beau monde étudie dans la joie et la bonne humeur ; ici on était tellement content qu’on s’est tous déguisé avec des 浴衣 (yukata, un kimono léger, simple à mettre et porté en été). Non il s’agissait d’une autre activité proposée par l’école, intitulée « TP de yukata » (je vous le retranscris pêle-mêle).

Et enfin pour finir, une autre activité culinaire « TP de たこ焼き (takoyaki) », une sorte de méloko qu’il est de bon goût de déguster pendant les 祭り (matsuri, sortes de festivals avec un style un peu médiéval japonais ; mais j’en reparlerai plus tard …).

Une chose est sur, l’ambiance est bonne, les cours sont denses mais vivants et amusants, et les profs sont pour certains de véritables caricatures de personnages de fiction !

Read Full Post »

Shibuya

渋谷 (Shibuya) c’est l’endroit où l’on va quand on a envi d’un bain de foule.
C’est comme Toulouse en centre ville un samedi de soldes, sauf que là c’est tout le temps plein de monde, même quand c’est pas les soldes !


Donc en sortant de la gare JR ; si on arrive à sortir du bon coté, parce que avec la gare d’Ikebukuro et celle de Shinjuku, la gare JR de Shibuya fait partie des gares desquelles on peut sortir de 35 sorties différentes, dont certaines sont directement dans des centres commerciaux, etc. bref c’est compliqué, donc on applique souvent la technique du « écoute, on sort à la première sortie, au pire on fera le tour de la gare », technique rustique, mais qui a fait ses preuves.

Bref après environ 10 ans de pratique, on sort du bon coté et là on se retrouve au niveau du célèbre croisement le plus grouillant du monde. Donc THE technique, c’est : on traverse le bazar là, et on va dans le Starbucks Coffee qui est en face au premier étage (si, si regardez bien là photo, on le vois), on commande un jus d’orange à 210¥, puis on monte au premier étage, et on campe en attendant que les places qui donnent sur le croisement se libèrent.

Après quelques minutes d’attente, on est aux premières loges pour voir ce spectacle ininterrompu de flots d’humains, entrecoupés de quelques voitures qui viennent chasser les quelques piétons en retard pour traverser.

L’instant James, in motion :

On a alors tout le temps de siroter son jus d’orange, de se poser les questions métaphysiques de rigueur « Mais d’où viennent tous ces gens, et où vont-ils donc ? etc. », et de chercher où est Charlie … D’ailleurs vous avez vu Charlie ?? Si, si il est sur la troisième photo avec sa bandes d’acolytes improbables, regardez mieux.


Allez pour ceux qui ne les ont pas vu, une autre photo où on les voit mieux. These guys are nuts !

Read Full Post »

LA vidéo de Guillaume, à regarder en HD et en plein écran bien sur.

D’avantage sur WatchingTokyo

Read Full Post »

Mais alors qu’est-ce que qu’on mange au Japon, dans la vie de tous les jours ?
Et bien pour l’instant je suis dans des plats relativement classiques somme toute. Disons que je parcours et teste tout ce qui ressemble de près ou de loin à un 弁当 (bentô) et se vend dans un konbini (supérette super-pratiques, NDR pour ceux qui suivent pas). C’est bon, rapide à préparer (puisqu’il n’y a rien à faire), et pas cher : entre 200 et 500¥ (et en plus c’est 100¥ moins cher quand on va les prendre après 20h dans notre konbini favori).
Bon bien sur, on a les classiques mais incontournables bentô de 寿司 (sushi).
Dans un style très ressemblant, on trouve le bentô de ちらし寿司 (chirashizushi) : sashimi sur son riz.
Après dans la famille 焼き (grillé) on a les très connus 焼き鳥 (yakitori) littéralement du poulet grillé avec ou sans お握り (onigiri) boule de riz (ou plutôt triangle de riz en l’occurrence), souvent aromatisé avec quelques trucs qu’on sait pas trop ce que c’est, et que même c’est un peu bizarre parfois, mais ça permet de varier d’un onigiri à l’autre.
On a ensuite des 焼き肉 (yakiniku) littéralement viande grillée, de porc ou de bœuf, avec sa sauce qui va bien et son riz bien sur.
Toujours dans la famille yaki, mais cette fois au croisement avec la famille そば (soba), on trouve les incontournables 焼きそば (yakisoba) soba frits avec des oignons et tout un tas de trucs qui font que c’est hyper bon mais qu’on pue un peu de la gueule après, mais c’est pas grave, c’est pour la bonne cause.

On trouve aussi quelques spécialités exotiques à Tôkyô, qui viennent par exemple des Etats-Unis, parmi lesquelles le ビッグマック (BigMac). On se refait pas hein ! Et puis au font ça a aussi un ptit goût de France finalement … Oui parce que pour avoir un vrai goût de France avec une bonne entrecôte sauce au poivre comme je m’en suis faite avant de partir, il faudra repasser, et avec un portefeuille bien rempli !

A suivre …

Read Full Post »

Shinjukugyoen

Shinjuku est l’un des quartiers, avec Shibuya, les plus animés de Tôkyô. Et celui-ci a le bon gout d’avoir l’un des plus grands parcs de Tôkyô, qui se nomme le Shinjukugyoen (新宿御苑, littéralement le jardin impérial de Shinjuku). Ce parc, situé à deux pas de l’école de Japonais, est très agréable de part ses nombreuses étendues d’eau, qui apportent de la fraicheur relative en été (et c’est pas du luxe croyez moi ; pour information, le brouillard sur les buildings au fond n’est autre que l’humidité ambiante, autant vous dire qu’il faut chaud et humide en ce moment à Tôkyô), et aussi par son calme, ce qui justifie les 200¥ d’admission (oui payer pour entrer dans un jardin public, c’est concept).

Un peu de mouvement, featuring Guillaume (James) :



Ce qu’on ne voit pas (ou mal) sur les photos et la vidéo, c’est qu’en réalité ce parc est remplie de cerisiers, et que cela en fait un lieu tout particulier pour les japonais qui s’y regroupent en famille ou entre amis au printemps pour admirer les cerisiers en fleurs (mais c’est une autre histoire).

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :