Feeds:
Articles
Commentaires

Posts Tagged ‘Itadakimasu’

Suite de votre très récent mais déjà culte feuilleton culinaire « Qu’est ce qu’on mange de beau au pays des sushis ».

Attention, une étude récente a montré que la lecture de cet article au boulot le matin vers 11h nuit gravement à la productivité.

Au menu du jour, je vous propose les classiques 巻き寿司 (makizushi, littéralement : sushi roulé sous les aisselles), accompagnés de 稲荷寿司 (inarizushi) poches de tofu remplie de riz. Avec pour la forme quelques 餃子 (gyôza ou Jiǎozi comme disent nos amis de l’Empire du Milieu).

Ensuite, le chef vous propose les incontournables そば (soba) qu’on mange froides en les trempant dans une sauce soja avant de les engloutir en faisant le plus de bruit possible, et en n’en mettant le moins possible sur sa chemise (une technique ancestrale japonaise qui demande 10 ans de pratique pour être accomplie correctement ; moi j’en suis encore au stade du je change de T-Shirt à la fin de chaque plat de soba froides, je ne désespère pas d’atteindre un jour le stade du je peux manger deux plats de soba froides sans peindre un Miro de sauce soja sur ma chemise).

Pour la suite, 豚丼 (butadon), un des nombreux 丼ぶり (donburi) existants. Un donburi est un terme générique désignant un plat composé d’un bol de riz non vinaigré sur lequel on va disposer quelque accompagnement : porc (豚丼 butadon), poulet et œuf (親子 oyako), boeuf (牛丼 gyûdon), anguille (鰻丼 unadon), etc.
Ici donc : porc et petites légumes, soja, œuf et autre.

Dans un style ressemblant sur la forme, ce bentô propose un assortiment de クロケット (kuroketto, trucs divers et variés mais pannés), nem, et beignet vapeur, sur son riz bien sur. Quelques légumes viennent agrémenter ce petit plateau repas comme on les aime.

Continuons avec une sélection maison de sushis et gyôza (c’est la sélection qui est maison, les sushis et les gyôza viennent du konbini du coin). Pour les sushis, des grands classiques, mais dont on ne se lasse décidément pas, à savoir 鮭 (Sake saumon), (Toro thon), ヒラメ (Hirame sole), うなぎ (Unagi anguille).

On change un peu de registre, avec une composition improvisée de ハチミツ焼き鳥 (hachimitsu yakitori : littéralement poulet frit arrosé de miel) et えび (crevettes roses) avec une sauce épicée bien choisie, le tout accompagnées de quelques légumes ça et là pour la couleur.

Et enfin, pour finir, une spécialité d’un lointain pays, la ピザ (pizza). Je vous l’accorde, ce n’est pas une « spécialité française », mais là encore ça nous rappelle un peu la France (oui rappelez-vous, les français sont les premiers consommateurs de pizzas au Monde !!).

A suivre …

Publicités

Read Full Post »

Mais alors qu’est-ce que qu’on mange au Japon, dans la vie de tous les jours ?
Et bien pour l’instant je suis dans des plats relativement classiques somme toute. Disons que je parcours et teste tout ce qui ressemble de près ou de loin à un 弁当 (bentô) et se vend dans un konbini (supérette super-pratiques, NDR pour ceux qui suivent pas). C’est bon, rapide à préparer (puisqu’il n’y a rien à faire), et pas cher : entre 200 et 500¥ (et en plus c’est 100¥ moins cher quand on va les prendre après 20h dans notre konbini favori).
Bon bien sur, on a les classiques mais incontournables bentô de 寿司 (sushi).
Dans un style très ressemblant, on trouve le bentô de ちらし寿司 (chirashizushi) : sashimi sur son riz.
Après dans la famille 焼き (grillé) on a les très connus 焼き鳥 (yakitori) littéralement du poulet grillé avec ou sans お握り (onigiri) boule de riz (ou plutôt triangle de riz en l’occurrence), souvent aromatisé avec quelques trucs qu’on sait pas trop ce que c’est, et que même c’est un peu bizarre parfois, mais ça permet de varier d’un onigiri à l’autre.
On a ensuite des 焼き肉 (yakiniku) littéralement viande grillée, de porc ou de bœuf, avec sa sauce qui va bien et son riz bien sur.
Toujours dans la famille yaki, mais cette fois au croisement avec la famille そば (soba), on trouve les incontournables 焼きそば (yakisoba) soba frits avec des oignons et tout un tas de trucs qui font que c’est hyper bon mais qu’on pue un peu de la gueule après, mais c’est pas grave, c’est pour la bonne cause.

On trouve aussi quelques spécialités exotiques à Tôkyô, qui viennent par exemple des Etats-Unis, parmi lesquelles le ビッグマック (BigMac). On se refait pas hein ! Et puis au font ça a aussi un ptit goût de France finalement … Oui parce que pour avoir un vrai goût de France avec une bonne entrecôte sauce au poivre comme je m’en suis faite avant de partir, il faudra repasser, et avec un portefeuille bien rempli !

A suivre …

Read Full Post »

%d blogueurs aiment cette page :